Accro d’Internet ?

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Voici un des plus éloquents témoignages décrivant les émotions d’un accro d’Internet : «Un soir j’ai décidé de lire un peu au lieu de surfer sur Internet, mais le manque de Youtube, Skype et Facebook et même, de sites de rencontre hot, troublait mon cerveau. Après minuit, j’ai allumé l’ordinateur et Internet n’a jamais été si attendu… “. C’est un exemple de la dépendance à Internet.
« Ce besoin renforce et encourage la personne à prendre une dose du plaisir. Donc, on check ses e-mails encore et encore… Cela ressemble à la toxicomanie, - affirme un professeur de psychiatrie de l’Université de Harvard.
Selon les scientifiques de 5% à 10% des utilisateurs ne sont pas en mesure de contrôler leurs envies et ils deviennent empêtrés dans le World Wide Web. Toutefois les chercheurs avouent ne pas pouvoir affirmer si ces changements du cerveau sont une cause ou une conséquence de la cyberdépendance. Possible que les gens ayant des troubles mentaux (psychologiques) depuis la naissance sont plus enclins à toute sorte de dépendance. Néanmoins la Chine a été la première à proposer de reconnaître la cyberaddiction et ouvrir des cliniques pour soigner les dépendants d’Internet.
Six caractéristiques des accros d’Internet :
1. Ils ne font aucune attention au temps qui passe car ils sont trop occupés par leur passion.
2. Ils deviennent très irrités quand on les détourne d’Internet.
3. Ils oublient leur travail, leurs familles et amis.
4. Ils se sentent coupables quand ils voient combien de temps ils dépensent pour le monde virtuel en s’écartant des activités du réel.
5. Ils se sentent à l’aise seulement en ligne et paniquent si la connexion Internet se coupe.
6. Ils souffrent des yeux secs et des douleurs articulaires, troubles du sommeil et de la prise de poids.
Pour ne pas tomber dans une dépendance les médecins donnent des conseils très simples :

  • prendre des pauses fréquentes pendant votre présence sur le web - par exemple 5 minutes chaque heure ;
  • communiquer plus avec des amis ne s’intéressant pas à ce monde virtuel ;
  • « aller » plus souvent dans le monde réel - magasins, musées, parcs et théâtres ; aspirer à la recherche rencontre réelle.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »